titre Chiapas,Mexique



Le Chiapas est une région montagneuse et verdoyante située principalement sur le haut plateau central de la Sierra Madre del Sur, au nord du fleuve Usumacinta. Il y règne un climat tropical humide favorisant la forêt vierge à basse altitude, cédant la place à une végétation plus clairsemée quand on prend de l'altitude.
La capitale du Chiapas est Tuxtla Gutierrez, mais la ville la plus remarquable est incontestablement San Cristobal de la Casas . L'économie du Chiapas est essentiellement agricole, c'est l'une des régions les plus pauvres du Mexique.

fillettes Chamulas,Mexique Indiens,Tuxtla Guttierrez
San Cristobal de las Casas. Fillettes Chamula Tuxtla Gutierrez. Une famille attend le bus.

C'est ici que l'on trouve les ultimes descendants des Mayas, dont les derniers Lacandons sont les plus proches parents. Les autres groupes d'origine Maya sont pour l'essentiel des Tzotzils et des Tzeltals. Les indiens Chamulas de San Juan Chamula sont des Tzotzils. On les reconnaît facilement à leur rebozo bleu vif (un grand châle utilisé comme vêtement, porte-bébé, ).

indien,Chiapas Vivre au Chiapas
San Juan Chamula, village Tzotzil à quelques kilomètres de San Cristobal est exclusivement habité par les indiens Chamulas. Leur mode de vie, leurs croyances religieuses sont restés très proches de leurs lointains ancêtres.
Comme les autres indiens du Chiapas, ils bénéficient d'une certaine autonomie "sous surveillance". En effet, poussés par la pauvreté et l'injustice de leur condition, les indiens se sont révoltés en 1994. La répression a été brutale. Le calme semble revenu, mais la région n'est pas considérée comme sûre. Aujourd'hui, de nombreuses voix s'élèvent pour demander plus de droits pour le peuple indien.
Ici, on pratique toujours la culture sur brûlis, ce qui fait inexorablement reculer la jungle, mais appauvrit définitivement le sol.
Retour du marché
Le Marché
San Cristobal, perché à 2113 m, possède un marché quotidien. Ici, peu de touristes. C'est un marché authentiquement indien auquel participent les Tzotziles et quelques Tzeltals descendus de leurs villages pour vendre leur production.
C'est un joyeux foisonnement haut en couleurs. Les étalages les plus riches y côtoient les plus modestes ; ici une seule poule, là quelques pommes de terre; j'ai vu une indienne vendant une tonte de mouton noir. Côté artisanat, tout ce qui se tisse ou se brode rivalise de couleurs chatoyantes.
Nous avons acheté quelques bananes à une indienne entre deux âges ; à notre grande surprise, elle parlait un espagnol très correct et fut d'une politesse exquise. Difficile de ne pas être conquis par ces indiens à la fois fiers et désabusés.

marché,San Cristobal,Mexique
Un arc en ciel de couleurs et de parfums .

excellente prune,San Cristobal,Mexique    fruits,San Cristobal,Mexique     marché,San Cristobal,Mexique



  Sous Commndant Marcos,EZLN Impossible de parler du Chiapas sans évoquer les évènements de 1994, qui ont marqué le monde entier.
Le 1er janvier 1994, 10000 hommes et femmes du Chiapas marchent vers les principales villes de l'état, avec à leur tête, le " sous-commandant insurgé Marcos ". Ce mouvement se définit comme l'Armée Zapatiste de Libération Nationale (Ejercito Zapatista de Liberacion Nacional : EZLN).
La réponse du gouvernement est immédiate : il fait donner l'armée.
Cette réaction ne fera qu'attiser la détermination des insurgés. La suite est une guerre d'usure entre les Zapatistes et le gouvernement, qui n'est pas vraiment terminée, malgré le calme qui règne actuellement au Chiapas.
Le mouvement Zapatiste, qui lutte pour le droit des minorités indiennes à une vie plus décente, est assez populaire dans le pays, et bénéficie d'une compréhension bienveillante dans le reste du monde. Mais le 22 décembre 1997, un événement va bouleverser le monde entier. Les corps mutilés de 45 indiens tzotziles sont retrouvés à Acteal.
La condamnation est immédiate et unanime. Les Etats Unis, la France, par la voix de 63 personnalités, l'Union Européenne, l'état Espagnol, les Nations Unies, par la voix de Kofi Anan, Amnesty International, Médecins du Monde, tous condamnent sans appel cet acte de barbarie. Le gouvernement Mexicain, accusé, sinon d'être à l'origine, du moins d'avoir laissé faire ce crime, réagit promptement en incarcérant 113 personnes.

Pour bien comprendre comment on en est arrivé là, il faut replacer les évènements dans leur contexte.
Le Chiapas est la région la plus pauvre du Mexique, 70% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, les indiens n'ayant aucun revenu monétaire sont estimés à 20%. Des richesses agricoles existent pourtant (café, banane, tabac, cacao), mais elles sont aux mains de quelques riches propriétaires, malgré la Réforme Agraire.
Quand le Mexique signe l'accord de l'ALENA, alliance commerciale avec l'Amérique du Nord et le Canada, les paysans du Chiapas comprennent que leurs revenus vont encore baisser et que leur avenir est désormais très sombre.
D'autre part, le Chiapas, terre indienne, a de tous temps posé des problèmes aux autorités. Le désir d'indépendance des Indiens est viscéral, ils n'aspirent qu'à vivre sur leurs terres, avec leurs coutumes, sans devoir rendre compte à une autorité qui leur est étrangère. La tension est donc permanente entre le gouvernement et le Chiapas.
Une étincelle suffira à enflammer un conflit qui couve depuis des années.

Sous Commndant Marcos,EZLNEpilogue ? :
Le Mexique a élu, en décembre 2000, un nouveau président, Vicente FOX, qui rétablit le dialogue interrompu avec les zapatistes depuis 1996.
Le 25 février 2001, Marcos, dont le statut est maintenant quasi mythique, dépose les armes. Accompagné de 24 de ses lieutenants, toujours coiffé de son célèbre passe-montagne, il organise une gigantesque marche de 3000km à travers 12 états du sud du Mexique.
Le 11 mars 2001, Marcos est accueilli en héros à Mexico, par près de 150 000 personnes. Son succès est colossal. C'est la première fois, depuis Pancho Villa et Zapata en 1914, qu'un groupe rebelle pénètre dans la capitale, mais sans armes cette fois ci.
Il demande officiellement au Président de fermer les 7 camps militaires, de libérer les 100 zapatistes prisonniers et de faire adopter la loi donnant plus d'autonomie aux minorités indiennes.
Tenant à son image de démocrate, Vicente FOX a déjà fermé 4 camps sur 7, libéré 77 des 100 prisonniers et déposé le texte de loi devant les députés.
La fin des problèmes pour les indiens ?
 


en cas de difficulté pour visualiser cette page, passez en plein écran en pressant [F11]

précédent suivant
mexique bouton1 Le Mexique
(Home Page)
 Des remarques, des commentaires?
N'hésitez pas,écrivez moi
Dernière mise à jour le
14/07/2001
  navigation Mexique